46ème jour de confinement, 1er mai 2020. n° 91

Artiste :

160,00 

Dessin à l’encre de Chine sur papier Canson

Signé en bas à droite et monographié au dos

Dimensions : 24 x 30 cm

Vendu

L’artiste de la matière érodée (Photographie de Laurenzo Razzino)

Marc Bourlier a vécu en Afrique, en Amérique du Sud et en Inde. Il crée de œuvres à partir de bois flottés qui viennent de nulle part et de partout. Ces bois sont poncés, sculptés par l’eau et la pierre.

L’artiste est internationalement reconnu :

  • Il a exposé aux USA, en Norvège, au Luxembourg, en Angleterre, en Serbie, en Slovénie, en Roumanie, en Russie, en Chine et à Singapour. Ses oeuvres ont intégré les collections du musée d’art moderne de Salvador de Bahia au Brésil, au musée de Trebjine en Slovénie, au musée de Pern en Russie, au musée de Iasi en Roumanie et au musée de Jagodina en Serbie.
  • En France, il est représenté dans plusieurs musées : Musée d’Art Moderne de Paris, Centre Pompidou et musée de la Halle Saint-Pierre.

Pendant le confinement, l’artiste a créé une série de dessins présentant une multitude de visages ou une multitude de personnages. Chaque planche est intitulée du numéro du jour du confinement. Reconnu comme une référence dans le paysage de l’art Singulier français, il figure dans « L’imagier singulier de François Jauvion ».

Voir l’article Artistes Actuels : Marc Bourlier dans son atelier

 

 

 

” J’ai découvert le travail de Marc Bourlier grâce à l’exposition « Le génie des modestes » au Centre Abbé Pierre à Esteville dont la Halle Saint Pierre assurait le commissariat d’exposition. Depuis, j’ai acquis plusieurs de ses œuvres. Des dessins mais aussi des tableaux réalisés à partir de bois flottés.

Petits ou grands, on a tous plus ou moins touché ou ramassé des morceaux de bois en bord de mer lors de déambulations les pieds dans l’eau. Les réalisations de Marc Bourlier parlent à notre nostalgie de ces moments perdus.”